La traduction hongroise reçoit pour la première fois le prix John-Glassco

Marietta Morry et Lynda Muir, passionnées de traduction, sont les lauréates du 32e prix de la traduction John-Glassco. Le prix leur a été remis à Montréal le jour de la…

Marietta Morry et Lynda Muir, passionnées de traduction, sont les lauréates du 32e prix de la traduction John-Glassco. Le prix leur a été remis à Montréal le jour de la Saint-Jérôme, patron des traducteurs, dans le cadre des 400 ans de l’Association des traducteurs et des traductrices littéraires du Canada ou ATTLC. Ce prix récompense et met en exergue l’excellente qualité de la traduction littéraire. Différents types d’ouvrages et plusieurs langues sources sont éligibles à cette récompense. C’est la première fois qu’une traduction du hongrois en est bénéficiaire. Cette particularité, entre autres, a également permis aux traductrices de recevoir la médaille Independant Publisher Book Awards.

Cette année, le jury du prix John-Glassco a été présidé par Rachel Martinez. Les autres membres du jury font partie de l’ATTLC. Il s’agit de Malaborza, de Jessica Moore et de Katarina Peters. En plus de l’excellence de la traduction, la subtilité avec laquelle les traductrices ont « corrigé » les imperfections de la version originale a séduit le jury. Les traductrices ont fait en sorte de ne rien modifier à la candeur et à l’ironie que l’auteur, Anna Molnár Hegedűs, a su insufflé à son œuvre, As the Lilacs Bloomed. L’ouvrage date de 1945 et conte l’histoire d’une juive déportée.

La traduction de As the Lilacs Bloomed est une initiative de la fondation Azrieli qui s’est d’abord adressée à Marietta Morry. Cette traductrice, qui compte à son actif d’autres ouvrages, est née à Budapest et a immigré au Canada à l’âge de 20 ans. Après un diplôme de mathématiques à l’Université McGill, elle officie en tant que méthodologiste pour Statistique Canada. Lorsqu’elle a été sollicitée, Marietta Morry a immédiatement fait appel à son amie de toujours, Lynda Muir. Celle-ci est née à Saint-John Nouveau-Brunswick et a étudié la littérature allemande jusqu’à l’obtention de la maîtrise. Elle a ensuite enseigné l’anglais au Botswana et au Québec avant d’exercer en tant que traductrice allemand-anglais à Ottawa.

Laisser un commentaire